Nice Azur Boxe

Les Reglements

.


  



 
 
    1 . LA BEA (BOXE EDUCATIVE ASSAUT)

Fédération Française de Boxe Comité Régional de Provence Alpes Cote d’Azur et Corse

LIVRET DES COMPETITIONS REGIONALES
DE BOXE EDUCATIVE ASSAUT

2017 2018


Document élaboré par la CRBEA et le CTN selon le code sportif en vigueur pour la saison 2017 / 2018.
Il doit servir de base aux entraîneurs et Dirigeants de Clubs.
En cas de litiges ou réclamations ce document servira de référence

SOMMAIRE

page2image3400

DATES ET CALENDRIER DES COMPETITIONS DE BOXE EDUCATIVE ASSAUT 2017-2018

LES CATEGORIES D’AGE

LES REGLES COMMUNES A TOUTES LES COMPETITIONS DE BOXE EDUCATIVE ASSAUT 2017-2018

REGLES SPORTIVES DES CHAMPIONNATS BOXE EDUCATIVE ASSAUT 2017-2018 CADETS GARCONS ET FILLES

REGLES SPORTIVES DES COMPETITIONS BOXE EDUCATIVE ASSAUT 2017-2018 MINIMES GARCONS ET FILLES

REGLES SPORTIVES DES COMPETITIONS BOXE EDUCATIVE ASSAUT 2017-2018 BENJAMINS GARCONS ET FILLES

REGLES SPORTIVES DES COMPETITIONS BOXE EDUCATIVE ASSAUT 2017-2018 POUSSINS GARCONS ET FILLES

LES BULLETINS D’ENGAGEMENT 2017-2018

page2image9192 page2image9360 page2image9528 page2image9696 page2image9864 page2image10032 page2image10200

Compétitions Régionales

BOXE EDUCATIVE ASSAUT 2017-2018

POUSSINS / BENJAMINS / MINIMES / CADETS / JUNIORS / SENIORS MASCULIN FEMININ

DATES

Dimanche 14 Janvier 2018 Dimanche 21 Janvier 2018 Dimanche 28 Janvier 2018

PHASES Club Organisateurs

DEPARTEMENTAL CD 06 DEPARTEMENTAL CD 84/04/05/

Le Cannet Rocheville Avignon

La Garde
Salon de Provence Istres

Salon de Provence

Istres

DEPARTEMENTAL CD 83/20 Samedi 03 Février 2018 DEPARTEMENTAL CD 13 M / C

Dimanche 04 Février 2018 DEPARTEMENTAL CD 13 P / B /J / S

Dimanche 18 Février 2018 CHAMPIONNAT REGIONAUX
BEA / MINIMES / CADETS FILLES ET GARCONS

Dimanche 4 Mars 2018 CHAMPIONNAT REGIONAUX
BEA POUSSINS / BENJAMINS FILLES ET GARCONS

Dimanche 25 Mars 2018

INTER REGION CHAMPIONNAT IR 4 Clermont Ferrand ( AUV ) BEA / MINIMES / CADETS FILLES ET GARCONS

Dimanche 08 Avril 2018 TOURNOI INTER REGIONAL BEAPOUSSINSBENJAMINS FILLESETGARCONS

06/07/08 Avril 2018 CRITERIUM NATIONAL BEA MINIMES CADETS FILLES LA POMMERAY (49)

La Garde

20/21/22 Avril 2017 CRITERIUM NATIONAL BEA MINIMES CADETS GARCONS LA POMMERAY (49)

LA CRBEA ORGANISERA LES CHAMPIONNATS DEPARTEMENTAUX RESPECTIFS SELON LE CALENDRIER ETABLIS ET LE DECOUPAGE GEOGRAPHIQUE LES REFERENTS DEPARTEMENTAUX DEVRONT TRANSMETTRE LES RESULTATS DES LE LENDEMAIN AU COMITE REGIONAL A L’AIDE DES BORDEREAUX PREVUS A CET EFFET, CEUX-CI SERONT TRAITES PAR LA CRBEA ET LE CTN

LES RESPONSABLES DES DEPARTEMENTS DOIVENT ORGANISER LA FORMATION DES OFFICIELS BEA SELON LE NOUVEAU REGLEMENT

LES COMITES DEPARTEMENTAUX EN PARTENARIAT AVEC LES CLUBS DOIVENT ORGANISER DES PASSAGES DE GANTS ROUGE EN CONFORMITE AVEC LE NOUVEAU CODE SPORTIF

REFERENT DEPARTEMENTAUX

POUR LE 84 Mr RAMIA Moiline Mr MOHAMED Bachir
POUR LE 83 Mme Marie Josée ROBIN Mr Armand RAYMOND Mr Mounir RIAHI
POUR LE 13 Mr. Serge PAUTOT Mr. Hervé VIARD Mr. Samy PENA. Christelle MORAITI POUR LE 06 Mr GILBERT MAGGIONI Mr RENE BLANCARDI Mr DENIMAL Raphael POUR LE 20 Mr PATRICE LACRAMPE

LES RESPONSABLES NATIONAUX BEA SONT

MADAME SEMELIN ANDREE MEMBRE DE LA CNBEA MONSIEUR PELAY ALAIN CADRE TECHNIQUE REFERENT CNBEA

LES RESPONSABLES REGIONAUX BEA DES COMPETITIONS REGIONALES SONT

MONSIEUR VIARD HERVE MADAME MORAITI CHRISTELLE

SEULS LES CADRES TECHNIQUES CI-DESSOUS DESIGNES PAR LA CRBEA SONT HABILITES A DELIVRER LE GANT ROUGE POUR LA SAISON 2017/2018

CD 13 / 20

CD 83

CD 84

CD 04/05 CD 06 CD 20

POUR MESSIEURS

MESSIEURS

MESSIEURS

MESSIEURS MESSIEURS MONSIEUR

LA REGION LE CTN ALAIN PELAY

COLAS JAMES COLAS JIMMY VIARD HERVE PENA SAMY RIAHI BOHRANE

ARMAND RAYMOND MOHAMED MAGRHAOUI MOUNIR RIAHI
SAMY NAMOUCHI

CHARLIE DELAVILLE MOHAMED BACHIR RAMIA MOILINE

CLAUDE WARUSFEL ULRICH KELLER

RENE BLANCARDI RAPHAEL DENIMAL

PATRICE LACRAMPE

page5image1920 page5image2928 page5image3088

REGLES COMMUNES A TOUTES LES COMPETITIONS

page5image3896 page5image4320 page5image4480 page5image5064 page5image5488 page5image5648 page5image6232 page5image6392

DE BOXE EDUCATIVE ASSAUT

page5image7120

1°) Les forfaits

Après une défaite par forfait et quel qu'en soit la raison les boxeurs sont interdits de boxer jusqu'à la finale régionale.
2°) Les comportements déplacés
Tous les cas de comportements déplacés de la part de boxeurs, d’entraîneurs ou de Dirigeants relevés au cours des compétitions nationale, régionale et départementale (et à tous les stades de la compétition) et ayant fait l’objet d’un compte-rendu du Responsable du programme de compétition sera traité spécialement par la Commission régionale des litiges.

3°) Le jugement des assauts

Le jugement des assauts sera réalisé à la touche avec le "boxe compteur" ou à défaut le bulletin.

4°) Les pesées

Les pesées se font par rapport aux limites des catégories de poids officielles en tenue boxe (Short et maillot).
Les heures de pesée seront précisées sur la convocation des boxeurs.

6°) Le matériel individuel et la tenue

La tenue des boxeurs doit être conforme au code sportif de la FFB, en particulier : - Les gants sont 10 onces pour toutes les catégories de poids

- Un lot de matériel agréé (gants) est fourni par le comité ou le club organisateur pour chaque programme des compétitions de boxe éducative assaut.

page5image20560 page5image20720 page5image20880 page5image21040

En conformité avec le Code Sportif de la FFB, aucune tolérance de poids n'est admise quelque soit l'heure de la pesée.

page5image26072
  • -  Les bandages sont obligatoires : de type Velpeau n’excédant pas 2,5 m de long et 5 cm de large. Aucun autre type de bandage n’est autorisé.

  • -  En cas de bandages non réglementaires, l'arbitre peut disqualifier le boxeur. Les bandages peuvent être croisés et passés entre les doigts.

  • -  Les mitaines sont interdites

  • -  Les casques sont fournis par le comité organisateur.
    Toutefois s’ils sont fournis par le club ils doivent être de préférence de la couleur du coin affecté au boxeur et être agréés par la FFB.

  • -  Les maillots sont sans manches et sont rentrés dans le short (ceinture du short visible).

  • -  Le short ne doit pas descendre au-dessous des genoux. Port des collants interdit

  • -  Le port de la barbe et de la moustache est interdit, les boxeurs hommes doivent se présenter rasés à la pesée.

  • -  Le port de « bijoux de piercing » est interdit sur toute partie du corps (langue, nombril, oreilles...).

  • -  Les cheveux longs doivent être placés sous le casque et être maintenus avec obligatoirement un bonnet de bain. Les épingles à cheveux sont interdites.

    7°) Le matériel spécifique aux femmes

page6image11136

-

- -

Les maillots sont sans manches et sont rentrés dans le short (ceinture du short visible).Le maillot de corps est à fines bretelles
Le port du protège poitrine est fortement conseillé
.

Les cheveux longs doivent être placés sous le casque et être maintenus avec obligatoirement un bonnet de bain. Les épingles à cheveux en métal sont interdites.

8°) La tenue des entraîneurs

Pour accéder au coin du ring, les entraîneurs doivent obligatoirement porter une tenue sportive, présenter leur licences FFB pour la saison en cours.
L’entraîneur ne peut accéder dans l’enceinte du ring (1 seul homme de coin autorisé)

9°) La tenue des officiels

Les officiels doivent être en tenue sportive pour accéder au ring

page6image18808 page6image18968

Lors des finales régionales les entraîneurs devront déposer leur licence à jour auprès du délégué de ring pour assister le boxeur

page7image528 page7image952 page7image1112 page7image1536 page7image1696

RAPPEL IMPORTANT

page7image2344 page7image2768 page7image2928

LE CHAMPIONNAT POUSSINS 1 2 et 3 4 NES EN 2008 2009 2010 et 2011 EST MIS EN PLACE JUSQU'A LA PHASE REGIONALE UNIQUEMENT ET INTER REGIONAL SI POSSIBILITE AVEC LES AUTRES COMITES.

Durée des Assauts : poussins garçons filles = 3 x 1 minutes.

CATEGORIES D’AGES 2017 2018

page7image6712 page7image7304

Poussins

page7image8528

2008-2009 2010- 2011

Benjamins

2006-2007

Minimes

page7image13816 page7image14240

2004 - 2005

page7image15720
page7image16008 page7image16768

Cadets

page7image17768

2003 - 2002

page7image19048 page7image19472 page7image19632 page7image20056 page7image20216

NOUVEAUTES SAISON 2017 / 2018

page7image20984 page7image21408 page7image21568

PAS DE COMPETITIONS BEA POUR LES JUNIORS ET SENIORS

CAUTION CLUB FIXEE A 50 € PAR CLUB (Chèque non restitué en cas de forfait non annoncé 48 h avant)

SELON LE NOUVEAU CODE SPORTIF EN VIGUEUR LES ASSAUTS DE BOXE EDUCATIVE ASSAUT SERONT JUGES A LA TOUCHE.

LES GANTS DE 10 ONCES POUR TOUTES LES CATEGORIES DE POIDS.

POUR PARTICIPER AUX CHAMPIONNATS LES CLUBS ONT L’OBLIGATION DE FOURNIR UN OFFICIEL BEA DESIGNE PAR LE CLUB DES L’ENGAGEMENT ET QUI SE DOIT DE RESTER JUSQU’ A LA FIN DE LA COMPETITION SOUS PEINE DE LA PERTE DE LA CAUTION

EN CAS DE MAUVAIS COMPORTEMENTS EXCESSIFS ANTI SPORTIF DE LA PART DES DIRIGEANTS, ENTRAINEURS BOXEURS OU PARENTS LE CLUB SERA EXCLUS JUSQU’ A LA FIN DE LA COMPETITION ET PERTE DE LA CAUTION.

LES ENGAGEMENTS SONT A ENVOYER AU COMITE REGIONAL

CHAMPIONNAT BOXE EDUCATIVE ASSAUT CADETS GARCONS ET FILLES

1°) Les catégories de poids

page8image4704

CATEGORIES DE POIDS CADETS GARCONS ET FILLES

36 à 39 kg

48 à 51 kg

page8image10952

60 à 64 kg

76 à 80 kg

page8image13760

39 à 42 kg

51 à 54 kg

64 à 68 kg

80 à 86 kg

42 à 45 kg

page8image20432

54 à 57 kg

page8image21480

68 à 72 kg

page8image22864 page8image23928 page8image24248

+ 86 kg

page8image25096

45 à 48 kg

57 à 60 kg

72 à 76 kg

page8image30120

Durée des Assauts : cadets hommes = 3 x 2 minutes Durée des Assauts : cadettes filles = 3 x 2 minutes

2°) Le déroulement des compétitions

Le championnat régional aura lieu en élimination directe ou en poule.
Le tableau de compétition de chaque catégorie de poids est déterminé par la CRBEA et le conseiller technique National
Les boxeurs (ses) de nationalité étrangère sont acceptés.

page8image35584

Cette Compétition aura une finalité régionale interrégionale et nationale.

REGLES SPORTIVES DES CHAMPIONNATS REGIONAUX BOXE EDUCATIVE ASSAUT MINIMES GARCONS ET FILLES

1°) Les catégories de poids

page9image5616

CATEGORIES DE POIDS MINIMES FILLES ET GARCONS

30 à 33 kg

42 à 45 kg

54 à 57 kg

68 à 72 kg

33 à 36 kg

45 à 48 kg

57 à 60 kg

72 à 76 kg

36 à 39 kg

48 à 51 kg

60 à 64 kg

+ 76 kg

39 à 42kg

page9image26696

51 à 54 kg

64 à 68 kg

page9image29112 page9image30176 page9image30496

Durée des Assauts : Minimes garçons 3 x 1 minutes 30 Minimes filles 3 x 1 minutes 30

2°) Le déroulement des compétitions

Le championnat régional aura lieu en élimination directe ou en poule.
Le tableau de compétition de chaque catégorie de poids est déterminé par la CRBEA et le conseiller technique National
Les boxeurs et boxeuses de nationalité étrangère sont acceptés.

page9image35400 page9image35560 page9image35984 page9image36144 page9image36568 page9image36728 page9image36888 page9image37048

Cette Compétition aura une finalité régionale interrégionale et nationale

page9image37976 page9image38400 page9image38560

REGLES SPORTIVES DES CHAMPIONNATS REGIONAUX BOXE EDUCATIVE ASSAUT BENJAMINS GARCONS ET FILLES

CATEGORIES DE POIDS BENJAMINS FILLES ET GARCONS

15 à 18 kg

30 à 33 kg

45 à 48 kg

60 à 64 kg

18 à 21 kg

33 à 36 kg

48 à 51 kg

64 à 68 kg

21 à 24 kg

36 à 39 kg

51 à 54 kg

68 à 72 kg

24 à 27 kg

page10image25104

39 à 42 kg

54 à 57 kg

page10image27536 page10image28600 page10image28920

+ 72 kg

27 à 30 kg

page10image32520

42 à 45 kg

57 à 60 kg

page10image34664 page10image36016 page10image36176

Durée des Assauts : Benjamins garçons et filles 3 x 1 minute

2°) Le déroulement des compétitions

Le championnat régional aura lieu en élimination directe ou en poule.
Le tableau de compétition de chaque catégorie de poids est déterminé par la CRBEA et le conseiller technique National
Les boxeurs et boxeuses de nationalité étrangère sont acceptés.

page10image39888

Cette Compétition aura une finalité régionale et interrégionale

REGLES SPORTIVES DES CHAMPIONNATS REGIONAUX BOXE EDUCATIVE ASSAUT POUSSINS GARCONS ET FILLES

CATEGORIES DE POIDS POUSSINS FILLES ET GARCONS

15 à 18 kg

page11image9320

30 à 33 kg

45 à 48 kg

page11image11704

60 à 64 kg

18 à 21 kg

33 à 36 kg

48 à 51 kg

64 à 68 kg

21 à 24 kg

36 à 39 kg

51 à 54 kg

68 à 72 kg

24 à 27 kg

page11image25112

39 à 42 kg

54 à 57 kg

page11image27544 page11image28608 page11image28928

+ 72 kg

27 à 30 kg

42 à 45 kg

57 à 60 kg

page11image34824 page11image35144

Durée des Assauts : Poussins garçons et filles 3 x 1 minute

2°) Le déroulement des compétitions

Le championnat régional aura lieu en élimination directe ou en poule.
Le tableau de compétition de chaque catégorie de poids est déterminé par la CRBEA et le conseiller technique National
Les boxeurs et boxeuses de nationalité étrangère sont acceptés.

page11image39704

Cette Compétition aura une finalité régionale uniquement et sous réserve des autres comités une finalité inter régionale

Document élaboré par la CRBEA et le CTN selon le code sportif en vigueur pour la saison 2017/2018. Il doit servir de base aux entraîneurs et Dirigeants de Clubs.
En cas de litiges ou réclamations ce document servira de référence 




    2 . LA BOXE AMATEUR
 

Fédération Française de Boxe

Code Sportif applicable au cours de la saison 2017 - 2018

(actualisé au 25/7/2017)

page1image60600 page1image60760 page1image60920 page1image61080

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 1

Règle 1 Règle 2 Règle 3 Règle 4 Règle 5 Règle 6 Règle 7 Règle 8 Règle 9 Règle 10 Règle 11

Règle 12 Règle 13 Règle 14 Règle 15 Règle 16

Règle 17 Règle 18 Règle 19 Règle 20

ANNEXE

SOMMAIRE

I - LES CONDITIONS DU COMBAT

- Le livret sportif et l’autorisation de boxer - Les incompatibilités
- L’aptitude médicale
- Le fair-play et le protocole

- Les catégories d’âge
- Les catégories de poids
- Les conditions d’organisation des combats - L’attribution d’un nombre de combats
- La durée des combats
- Les délais de repos entre les combats
- La tenue des boxeurs et des boxeuses

II - LE JUGEMENT ET L’ARBITRAGE DES COMBATS

- Les devoirs commandements de l’arbitre - Les coups réguliers et les interdictions
- Les sanctions
- Les décisions

- Le jugement des combats

III – L’ORGANISATION DES COMBATS

- L’espace officiel de compétition - Les officiels
- Les cadres de la réunion
- Les entraîneurs et les assistants

- Les catégories d’âge

page 3 page 3 page 3 page 4 page 4 page 4 page 5 page 6 page 7 page 8 page 9

page 10 page 12 page 13 page 14 page 19

page 22 page 28 page 28 page 29

page 30

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 2

CODE SPORTIF DE LA BOXE AMATEUR

I - LES CONDITIONS DU COMBAT

Préambule : Le terme boxeur désigne une personne, homme ou femme, qui pratique la boxe.

Règle 1 - Le livret sportif et l’autorisation de boxer

Pour être autorisé à s’entraîner et à combattre, tout boxeur doit être en possession d'un livret sportif délivré par la Fédération Française de Boxe (FFB), portant la vignette de l'année sportive en cours. L’année sportive commence le 1er septembre et se termine le 31 août.
Le livret sportif est délivré aux postulants ayant fourni les certificats médicaux exigés pour la pratique de la boxe amateur style olympique, certificats mentionnés dans le règlement médical de la Fédération Française de Boxe.

Une licence de boxeur amateur, première demande ou renouvellement, ne peut pas être délivrée à un postulant ayant atteint l’âge de 40 ans au 1er septembre de la saison sportive en cours. Pour les postulants ayant atteint l’âge de 32 ans au 1er septembre de la saison sportive en cours, la délivrance d’une licence ou son renouvellement sont subordonnés à la présentation des résultats d’examens médicaux complémentaires exigés par la Fédération Française de Boxe (les boxeurs qui se sont soumis à ces examens durant les 2 dernières saisons, en conservent le bénéfice durant 3 saisons consécutives).

Le livret sportif doit être remis obligatoirement au délégué fédéral au moment de la pesée précédant l’organisation.
Pour boxer à l’étranger, les clubs des boxeurs amateurs doivent faire une demande d’autorisation auprès de leur comité régional au moins douze jours avant la date du déplacement et obtenir cette autorisation.

Règle 2 - Les incompatibilités

Les combats opposant :

  • -  deux frères ou deux sœurs,

  • -  deux boxeurs du même club sauf pour les championnats, les critériums nationaux et les

    compétitions labellisées,

  • -  un homme à une femme,

    Sont interdits.
    Lors des championnats et des critériums organisés par la FFB, deux frères ou deux sœurs ne peuvent pas s’engager dans la même catégorie de poids.
    Au cours d’une rencontre hors championnats, hors critériums nationaux organisés sous les règlements de la Fédération Française de Boxe :

  • -  Pour toutes les catégories d’âge : Un boxeur (homme ou femme) ayant moins de 5 combats ne peut pas rencontrer un adversaire ayant effectué plus de 10 combats.

  • -  Pour toutes les catégories d’âge : Un boxeur (homme ou femme) ayant moins de 10 combats ne peut pas rencontrer un adversaire ayant effectué 40 combats ou plus.

    Règle 3 - L’aptitude médicale

    Outre les examens médicaux nécessaires à la délivrance du livret sportif, le boxeur doit satisfaire à une visite d’aptitude médicale effectuée par un médecin le jour du combat.
    Le médecin de réunion a le pouvoir d’interdire la boxe à un boxeur blessé. Un boxeur revenant à la compétition après blessure doit présenter un certificat médical d’aptitude à la pratique de la boxe. Chaque boxeuse doit présenter au page3image26384, une déclaration signée confirmant qu’elle n’est pas à sa connaissance enceinte,

    .

médecin

page3image27904

signée également par un des parents ou du tuteur légal pour les

page3image28952

mineures. (voir site FFB, rubrique "Boxe Amateur")

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 3

Règle 4 Le fair-play et le protocole
Les boxeurs, les entraîneurs et les assistants doivent faire preuve en toutes circonstances d'une parfaite correction et du meilleur esprit sportif envers leur adversaire, les officiels, les entraîneurs et le public.
Les boxeurs doivent se serrer la main avant le combat, et avant la proclamation du résultat du combat.

Règle 5 - Les catégories d’âge

La boxe amateur A.O.B. (A.I.B.A. Open Boxing) est ouverte aux licenciés appartenant aux catégories d’âge « minimes 2e année », « cadets », « juniors » et « seniors ». Les catégories d'âge sont déterminées par les années de naissance et sont définies par la FFB pour chaque saison sportive.

Règle 6 - Les catégories de poids
La pesée s’effectue obligatoirement le jour même du combat.

-.

Le délégué fédéral et le chef de jury effectuent les opérations de pesée. Ils ne peuvent déléguer cette tâche qu’à un autre officiel.
Le lieu et l'heure du début de pesée sont fixés par la FFB ou par le comité régional sur proposition du club organisateur. Pour les championnats nationaux, les critériums nationaux, les heures de pesée sont précisées dans le règlement de chaque compétition. La pesée s’effectue sur une balance précise à 100 grammes. Les balances sont à curseur ou électroniques et doivent être agréées par le délégué fédéral et le chef de jury.

Le poids minimum pour participer à un combat est de 36 kg pour les hommes et les femmes minimes 2e année, de 42 kg pour les cadets hommes et femmes, 45 kg pour les juniors et seniors femmes et 46 kg pour les juniors et seniors hommes.

page4image14704

- Les boxeurs hommes se pèsent sans aucune tolérance de poids, au choix obligatoirement,

page4image15832

dans l’une des tenues suivantes : en sous-vêtements, en maillot de bain ou en maillot et

page4image17040

short de compétition.

page4image17728

Les féminines se pèsent en tenue de compétition avec une tolérance de poids de 300g

page4image19968

CATÉGORIES DE POIDS MINIMES 2 HOMMES et FEMMES

page4image22128

Appellation des catégories

Limites des catégories

page4image25128

39 kg

de 36 à 39 kg inclus

42 kg

+ de 39 à 42 kg inclus

45 kg

de 42 à 45 kg inclus

48 kg

+ de 45 à 48 kg inclus

51 kg

+ de 48 à 51 kg inclus

54 kg

+ de 51 à 54 kg inclus

57 kg

+ de 54 à 57 kg inclus

60 kg

+ de 57 à 60 kg inclus

page4image47160

63 kg

+ de 60 à 63 kg inclus

page4image49928

66 kg

page4image51216

+ de 63 à 66 kg inclus

69 kg

+ de 66 à 69 kg inclus

page4image55416

72 kg

page4image56704

+ de 69 à 72 kg inclus

+72 kg

page4image59896 page4image60216

+ de 72 kg

page4image61568
page4image62232

CATÉGORIES DE POIDS CADETS HOMMES et FEMMES

page4image64936

Appellation des catégories

Limite des catégories

page4image67936

44 kg

de 42 à 44 kg inclus

page4image70800

46 kg

+ de 44 à 46 kg inclus

page4image73568

48 kg

+ de 46 à 48 kg inclus

50 kg

+ de 48 à 50 kg inclus

52 kg

+ de 50 à 52 kg inclus

54 kg

+ de 52 à 54 kg inclus

57 kg

+ de 54 à 57 kg inclus

60 kg

+ de 57 à 60 kg inclus

63 kg

+ de 60 à 63 kg inclus

66 kg

+ de 63 à 66 kg inclus

70 kg

+ de 66 à 70 kg inclus

75 kg

+ de 70 à 75 kg inclus

80 kg

+ de 75 à 80 kg inclus

+80 kg

page4image105056 page4image105640

+ de 80 kg

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 4

CATÉGORIES DE POIDS JUNIORS et SENIORS HOMMES

Appellation des catégories

Limites des catégories

Pour mémoire

49 kg

de 46 à 49 kg inclus

mi-mouche

52 kg

+ de 49 à 52 kg inclus

mouche

56 kg

+ de 52 à 56 kg inclus

coq

60 kg

+ de 56 à 60 kg inclus

léger

64 kg

+ de 60 à 64 kg inclus

super-léger

69 kg

+ de 64 à 69 kg inclus

mi-moyen

75 kg

+ de 69 à 75 kg inclus

moyen

81 kg

+ de 75 à 81 kg inclus

mi-lourd

91 kg

+ de 81 à 91 kg inclus

lourd

+91 kg

+ de 91 kg

super-lourd

page5image48608

CATÉGORIES DE POIDS JUNIORS et SENIORS FEMMES

Appellation des catégories

Limites des catégories

48 kg

de 45 à 48 kg inclus

51 kg

+ de 48 à 51 kg inclus

54 kg

+ de 51 à 54 kg inclus

57 kg

+ de 54 à 57 kg inclus

60 kg

+ de 57 à 60 kg inclus

64 kg

+ de 60 à 64 kg inclus

69 kg

+ de 64 à 69 kg inclus

75 kg

+ de 69 à 75 kg inclus

81 kg

+ de 75 à 81 kg inclus

+81 kg

+ de 81 kg

page5image81640

Règle 7 - Les conditions d’organisation des combats
En championnats ou critériums nationaux, les boxeurs sont tenus de s’inscrire dans la catégorie

d’âge correspondant à leur année de naissance.

Hors championnats et critériums nationaux, les boxeurs de catégories d’âge différentes peuvent se rencontrer sans demande de sur-classement préalable dans la mesure où la différence d’âge entre les deux boxeurs ne dépasse pas 2 années au vu des dates de naissance.

Exception est faite pour :

  • -  un boxeur minime 2e année (homme ou femme) ne peut rencontrer qu’un adversaire de sa catégorie d’âge ou un cadet première année,

  • -  un boxeur cadet (homme ou femme) ne peut pas rencontrer un boxeur junior (homme ou femme) ayant effectué 10 combats ou plus.

  • -  Une femme junior deuxième année peut rencontrer une femme senior quel que soit la différence d’âge.

    En championnats ou critériums nationaux, les adversaires doivent appartenir à la même catégorie de poids. Pour chaque tour de celle-ci, les boxeurs doivent respecter le poids de la catégorie dans laquelle ils sont engagés.

    Hors championnats ou critériums nationaux, les boxeurs de catégories de poids différentes peuvent se rencontrer dans la mesure où la différence de poids entre les deux boxeurs ne dépasse pas l’écart de poids délimitant la catégorie du boxeur le plus léger.

    - Les horaires de compétition :

    Les horaires de compétitions doivent être en conformité avec la demande d'organisation adressée à la préfecture (journée calendaire de 0H à 24H).

    Les combats opposant les boxeurs de catégories d'âge Minimes 2, Cadets et Juniors ne peuvent se dérouler après 22h00.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 5

Règle 8 L’attribution d’un nombre de combats

Lors de la délivrance de la première licence de boxe amateur, un nombre de combats est attribué en fonction d’une pratique antérieure au sein de la FFB (boxe éducative assaut ou boxe pré- combat).

page6image3800

Attribution d’un nombre de combats au passage en boxe amateur en fonction du nombre d’assauts officiels réalisés en boxe éducative assaut

Nombre d’assauts

Nombre de combats attribués

(non cumulables)

15 assauts et plus (1) (avec palmarès positif)

3 combats amateurs

Lors de la délivrance de la première licence de boxe amateur :

- 3 combats sont attribués à partir de 15 BEA à la demande du président du comité régional
- un nombre de combats est attribué par la CNBA à la demande du président du comité régional à partir d’un nombre de combats de boxe amateur effectués à l’étranger ou à partir d’un nombre de combats dans d’autres sports de percussion effectués en France ou à l’étranger,
- un nombre de combats est attribué par la CNBA à la demande du président du comité régional à partir de titres officiels obtenus à l’étranger en boxe amateur ou dans d’autres sports de percussion obtenus en France ou à l’étranger.
Cette attribution se fait selon le barème qui suit :

page6image20320 page6image20904

Palmarès en sport de combat de percussion

Nombre de combats maximum pouvant être attribués (non cumulables)

Après analyse du palmarès

10 à 20 combats

5 combats amateurs (1)

page6image27664

20 combats et plus

page6image29032

10 combats amateurs (1)

Titres officiels de champion de France, d’Europe ou du monde dans un sport de combat de percussion (sans tenir compte du nombre de combats)

page6image33184
  •   10 combats amateurs pour les Séniors

  •   5 combats amateurs pour les autres

    catégories d’âge

Titres officiels de champion national, d’Europe ou du monde en boxe anglaise pour un pays étranger (sans tenir compte du nombre de combats)

40 combats amateurs (1)

Palmarès de boxe amateur dans un pays étranger

ÉQUIVALENCE

  1. (1)  Ces demandes d'attribution sont à effectuer via le formulaire "Équivalence/Nombre de combats" en téléchargement sur le site fédéral (Compétitions Nationales Amateurs).

  2. (2)  Toute omission ou fausse déclaration entraîne le refus ou l’annulation de la licence. Ces infractions sont traitées directement par la commission régionale des litiges compétente ou la commission fédérale de discipline de première instance.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 6

Règle 9 - La durée des combats

Le combat est composé de rounds. Chaque « TIME » de l’arbitre entraîne l’arrêt du chronomètre jusqu’au signal « BOX ». Le nombre et la durée des rounds varient suivant l’âge, le sexe et le nombre de combats effectués suivant le tableau ci-dessous :

Durée des combats pour les H & F en fonction

page7image6632

de la catégorie d’âge et du nombre de combats réalisés

page7image7760 page7image7920 page7image8080 page7image8240 page7image8400 page7image8560 page7image8720 page7image8880 page7image9040 page7image9360 page7image9520 page7image9680 page7image9840 page7image10000 page7image10320 page7image10480 page7image10640 page7image10800

Catégories d’âge

Nombre combats

MINIMES 2e année

CADETS

JUNIORS

SENIORS

page7image14040 page7image14200 page7image14360 page7image14520 page7image14944 page7image15104 page7image15528 page7image15688 page7image16112 page7image16432 page7image16592 page7image16752 page7image17072 page7image17232 page7image17392 page7image17552

du 1er au 5e combat

3 x 1min 30

3 x 2 min

3 x 2 min

3 x 2 min

page7image20752 page7image20912 page7image21072 page7image21232 page7image21392 page7image21552 page7image21712 page7image21872 page7image22032 page7image22192 page7image22352 page7image22672 page7image22832 page7image22992 page7image23152

du 6e au 10e combat

3 x 1min 30

3 x 2 min

3 x 2 min ou
3 x 3 min

3 x 2 min ou
3 x 3 min

page7image27168 page7image27328 page7image27488 page7image27648 page7image27808 page7image27968 page7image28128 page7image28288 page7image28448 page7image28608 page7image28768 page7image29088 page7image29248 page7image29408 page7image29568

11 combats et plus

3 x 1min 30

3 x 2 min

3 x 3 min

3 x 3 min

page7image32728 page7image33312 page7image33632 page7image33952 page7image34272

Les rounds sont toujours espacés d’un repos d’une minute.

Lorsqu’une boxeuse junior (2ème année) rencontre une boxeuse senior, le combat se déroule en 3 X 2 min ou 3 X 3 min, en prenant en compte le nombre de combat de celle qui en a le moins.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 7

Règle 10 - Les délais de repos entre les combats

Le terme « repos » signifie l'interdiction de boxer en compétition et d’effectuer des exercices en opposition à l’entraînement.
Ces délais de repos s’appliquent pour tous types de compétitions : championnats, critériums nationaux, compétitions labellisées par la FFB, combats hors championnats et hors compétitions labellisées.

Les délais de repos après un combat s’appliquent selon le tableau suivant.

Délais de repos après un combat

Décisions

Délais de repos

Observations

Victoire aux points ou avant la limite

1 jour

En aucun cas un boxeur amateur ne peut effectuer plus d’un combat par jour.

Défaite aux points Disqualification

1 jour

En aucun cas un boxeur amateur ne peut effectuer plus d’un combat par jour.

Défaites avant la limite

RSC RSC-I

10 jours

S’il le juge utile, le médecin de ring peut exiger un repos supérieur, éventuellement assorti d'un bilan neurologique.

Défaites avant la limite par

KO

RSC-H (coups reçus à la tête ou perte de connaissance)

30 jours

90 jours 180 jours 365 jours

Tout boxeur KO ou ayant perdu par RSC. avec des coups reçus à la tête sans perte de connaissance doit être examiné par le médecin de ring dans les secondes qui suivent la décision.

Un boxeur doit observer un repos de 30 jours pleins quand il a subi un KO ou un RSC avec des coups reçus à la tête n’ayant pas entraîné de perte de connaissance.

Un boxeur doit observer un repos de 90 jours pleins quand dans un délai de moins de 90 jours il a subi (2) deux KO, ou (2) deux défaites par RSC pour coups reçus à la tête, ou encore (1) un KO et (1) une défaite par T.K.O. pour coups reçus à la tête.

Un boxeur qui a subi un RSC avec une perte de connaissance inférieure à une (1) minute doit observer un repos de 90 jours pleins.

Un boxeur qui a subi (1) un K.O. avec une perte de connaissance supérieure à une (1) minute doit observer un repos de 180 jours pleins

Un boxeur doit observer un repos obligatoire de 12 mois quand dans une période de moins d’un an, il a subi (3) trois KO ou trois RSC pour coups reçus à la tête, ou bien (2) deux KO et un (1) RSC pour coups reçus à la tête ou encore un KO et (2) deux RSC. pour coups reçus à la tête. Ce boxeur ne pourra boxer de nouveau qu’après y avoir été autorisé par la FFB à la suite des tests médicaux imposés par la commission médicale fédérale.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 8

Règle 11 - La tenue des boxeurs et des boxeuses
- Les boxeurs de la catégorie SENIORS HOMMES boxant en 3 X 3 mn ne portent pas de casque de protection.

- Les boxeurs de la catégorie SENIORS HOMMES boxant en 3 X 3 mn doivent porter :
des gants de 10 onces pour les catégories mi-mouche (49 kg) à super-légers (64 kg) 10Onces:moinsde 49,49à52,52à56,56à60,60à64 Kg

des gants de 12 onces pour les catégories mi-moyens (69 kg) à super-lourds (+ 91 kg)

12Onces:64à69,69à75,75à81,81à91, plusde91Kg
Pour toutes les autres catégories d’âges et de poids, le poids des gants est de 10 onces et le port

du casque de protection est obligatoire.
Pour toutes les compétitions nationales, les gants et les casques utilisés doivent être validés par la

FFB.
Les boxeurs ne peuvent pas utiliser leurs propres gants.
Les compétiteurs doivent mettre les gants avant d’entrer sur le ring.

Les boxeurs montent sur le ring avec la tenue suivante :

  • -  gants de 10 onces (284 g) ou 12 onces (341g) de la couleur du coin du boxeur,

  • -  casque protecteur sans pommette ni mentonnière agréé par le chef de jury de la couleur du coin du boxeur, le casque doit être placé sur sa tête après la présentation du boxeur sur le ring, le casque protecteur doit être enlevé dès la fin du combat, et avant que la décision ne

    soit annoncée,

  • -  short qui ne doit pas descendre sous le niveau des genoux, lorsque le short et le maillot sont

    de la même couleur, la ligne de ceinture doit être clairement indiquée à l’aide d’une bande

    élastique de 10 cm de large,

  • -  maillot sans manche fixé à l’intérieur du short,

  • -  chaussures de sport,

  • -  chaussettes ne cachant pas les genoux,

  • -  protège-dents, les protèges dents de couleur rouge ou en partie rouge ne sont pas autorisés,

  • -  bandes souples et sèches dont la longueur ne doit pas être supérieure à 4,5 m, ni inférieure à

    2,5 m. Les bandes doivent être d’une largeur de 5,7 cm enroulées à plat sur les mains (elles peuvent être croisées entre les doigts, elles ne peuvent pas être maintenues par des épingles). Les bandages sont vérifiés par l’arbitre à la fin du combat et avant que la décision soit rendue.

    Pour les hommes :
    - coquille ou ceinture protectrice ne dépassant pas le sommet des hanches,
    - le port de la barbe et de la moustache est interdit,
    - le boxeur doit être rasé à la pesée, le contrôle est réalisé par le délégué de réunion ou le chef de

    jury.

    Pour les femmes :
    - possibilité de porter une jupe-short en place du short,
    - le port du protège poitrine, de la coquille ou de la ceinture protectrice sont autorisés mais non

    obligatoires.
    Les points suivants doivent par ailleurs être respectés :

    • -  la peau des boxeurs doit être sèche et vierge de tout enduit; "

    • -  le port de lunettes, lentilles de contact dures, bijoux, bijoux de piercing y compris sur la langue, bracelets, bagues et colliers est interdit,

    • -  les cheveux longs doivent obligatoirement être maintenus, à l'intérieur du casque, par un objet non rigide de manière à ne pas pouvoir occasionner de blessures et à ne pas pouvoir gêner l’adversaire,

    • -  la publicité (facultative) est autorisée sur la tenue des boxeurs,

    • -  les tenues aux couleurs nationales sont interdites.

page9image31320 page9image31480 page9image31640 page9image31800 page9image31960 page9image32120

les boxeurs élites "sans casque

page9image32888

peuvent, toutefois, utiliser le produit "Cavilon TM" (arcades, front, nez),

page9image33856

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 9

II - LE JUGEMENT ET L’ARBITRAGE DES COMBATS

Règle 12 – Devoirs et commandements de l’arbitre
Le premier devoir de l’arbitre est de protéger et de garantir la santé des boxeurs tout au long du

combat. L’arbitre doit :

  • -  veiller à ce que la règle et le fair-play soient observés strictement

  • -  garder le contrôle du combat tout au long de l’opposition

  • -  veiller à ce que l’intégrité du boxeur le plus faible ne soit pas mise en danger

    L’arbitre utilise les quatre (4) commandements suivants :

    « BOX» pour ordonner aux boxeurs de boxer ou de continuer à boxer

    « STOP » pour ordonner aux boxeurs de s’arrêter de boxer

    « BREAK » lorsqu’il est nécessaire d’arrêter une situation d’arrêt de l’opposition

    « TIME » pour ordonner au chronométreur d’arrêter le chronomètre et ordonner aux boxeurs de s’arrêter de boxer

    L’arbitre indique aux boxeurs par des commandes verbales ou des gestes appropriés, les violations du règlement.

    L’arbitre peut toucher les boxeurs avec ses mains pour stopper le combat, rompre une opposition non réglementaire ou séparer les boxeurs.

    L’arbitre ne doit pas saisir les mains des boxeurs et ne doit pas désigner le vainqueur tant que l’annonce officielle n’a pas été faite.

    Le commandement « BOX » :
    1°) pour démarrer le combat.

    2°) après un « STOP » de l’arbitre pour faire reprendre le combat.

    Le commandement « BREAK » :
    Quand les boxeurs se neutralisent mutuellement, sans commettre de faute et qu’ils sont dans une

    situation de corps à corps.

    A ce commandement, les deux boxeurs doivent se séparer nettement en faisant un pas en arrière, en déplaçant les deux appuis sans frapper et doivent reprendre le combat immédiatement, sans autre ordre de l'arbitre. Quand les boxeurs se neutralisent mutuellement et qu’il n’est pas possible de prononcer le commandement « BREAK » car l’un des deux boxeurs est dos aux cordes, l’arbitre prononce le commandement « STOP » et fait replacer ce boxeur perpendiculairement aux cordes. Il prononce le commandement « BOX » sans avoir fait d’observation.

page10image19752

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 10

Le commandement « STOP » :
L'arbitre prononce le commandement
« STOP » dans les cas suivants :

1°) pour stopper le combat en fin de round.
2°) quand un boxeur commet une faute, dans ce cas, le boxeur doit regarder l'arbitre, écouter ses observations, acquiescer de la tête pour lui indiquer qu'il les a comprises, et attendre le commandement « BOX » pour reprendre le combat.
3°) pour délivrer un avertissement officiel ou pour disqualifier un boxeur. Dans le cas d’un avertissement, le commandement
« STOP » est suivi du commandement « BOX » pour la reprise du combat.
4°)
Procédure du Knock-Down : un boxeur est considéré « à terre » lorsque :
- une partie du corps du boxeur, autre que ses pieds, touche le sol à la suite d’un ou de plusieurs coups reçus,
- le boxeur est affalé sur les cordes, sans défense, à la suite de coups reçus et si les cordes l'empêchent de tomber,
- le boxeur se trouve totalement ou partiellement en dehors des cordes, de son fait ou à la suite de coups reçus, ou d'une irrégularité de l'adversaire,
- l'arbitre estime à la suite de coups reçus, que le boxeur se trouve en situation dangereuse.

L'arbitre débute le compte en prononçant « STOP, 1 ». Il continue le compte lorsque l’adversaire rejoint le coin neutre qu’il lui a désigné. L’arbitre compte le boxeur jusqu’à 8, s’assure que le boxeur est apte à reprendre le combat et prononce le cas échéant « BOX » pour faire reprendre le combat. Dans le cas contraire, il continue le compte jusqu’à 10 (KO).

Il prononce les commandements : « BOX-STOP » :
- s’il juge qu’il n’est pas souhaitable que le boxeur poursuive le combat,
- si le nombre de KD subis par le boxeur compté ne lui permet pas la poursuite du combat en fonction du nombre maximum de KD autorisé pour chaque catégorie d’âge présenté sur le tableau suivant.

page11image17336 page11image17920

Nombre de KD entraînant automatiquement l’arrêt du combat (RSC)

page11image20160 page11image20648 page11image20968

FEMMES

HOMMES

dans le round

page11image24680

dans le combat

dans le round

dans le combat

MINIMES

2

page11image30888

2

2

2

CADETS (TES)

2

3

2

page11image38712

3

JUNIORS

3

4

3

page11image44368

4

SENIORS *

3

page11image48632

4

3

4

page11image52680

SENIORS **

3

4

3

7

* PourlacatégorieSENIORShommesquiboxenten3X2
** Pour la catégorie SENIORS hommes qui boxent en 3 X 3
DANS LE CAS OU UNE RENCONTRE OPPOSE 2 BOXEURS DE CATÉGORIE D'ÂGE DIFFÉRENTES, LA RÈGLE APPLIQUÉE EST CELLE DE LA CATÉGORIE D'ÂGE DU BOXEUR LE PLUS JEUNE.

Cas particuliers

Dans le cas où un Boxeur est tombé hors du ring à la suite d’un coup régulier ou d’une série de coups réguliers, il lui est donné un délai de trente (30) secondes pour revenir sur le ring, sans aucune aide. Dans le cas où le boxeur n’est pas capable de regagner le ring dans le délai imparti, il est déclaré perdant par K.O. technique (RSC)

En cas de KD du deuxième boxeur pendant le compte du premier, l'arbitre continue le même compte pour les deux.

Quand le boxeur compté est étranger, l'arbitre compte en anglais.

Si un boxeur compté « 8 » reprend le combat et retourne à terre, sans avoir été touché, l'arbitre ne recommence pas le compte, il le continue : «9–10-OUT».

Si l’arbitre n'a pas vu le coup qui a entraîné le KD, il devra après avoir compté le boxeur, stopper le combat et consulter les juges sur la régularité du coup.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 11

Un KD subi sur un coup irrégulier sanctionné par l’arbitre n’entre pas en considération dans la comptabilité du nombre des KD conduisant automatiquement à l’arrêt de l’arbitre.

Pour tout incident matériel (chaussure délacée, perte du protège-dents ou du casque, etc.) : l’adversaire doit se rendre dans le coin neutre désigné par l’arbitre.

Dans toutes ces situations, le commandement « STOP » est suivi du commandement « BOX » pour la reprise du combat.

Le défilement du temps est arrêté à chaque « TIME » de l’arbitre et relancé au commandement « BOX ».

Le commandement « TIME » :

L’arbitre demande au chronométreur d’arrêter le chronomètre en cas de coup bas, de perte de conscience, si un boxeur est tombé hors du ring ou pour remettre en état la tenue du boxeur (lacets, gants, maillot, etc..)

Il utilise également ce commandement lorsqu’il décide de faire intervenir le médecin en cas de blessure ou lorsqu’il intervient pour toute autre raison qui nécessite de faire stopper le temps.

Règle 13 - Les coups réguliers et les interdictions

Sont autorisés les coups délivrés le poing fermé avec la partie du gant recouvrant la tête des os métacarpiens et les premières phalanges. Ils doivent atteindre l’adversaire sur les parties antérieures et latérales du buste ou de la tête. Les coups portés sur les membres supérieurs de l’adversaire ne sont pas comptabilisés.

Les coups qui ne sont pas délivrés dans ces conditions sont des coups irréguliers. Pour le boxeur, il est interdit de :

  • -  frapper en dessous de la ceinture,

  • -  frapper dans le dos ou derrière la tête de l’adversaire,

  • -  frapper sans appui au sol,

  • -  se tourner (présenter le dos à l’adversaire),

  • -  ne pas respecter les commandements de l’arbitre,

  • -  tenir, tirer, serrer, pousser l'adversaire ou s'appuyer sur lui,

  • -  passer le ou les bras sous ceux de l'adversaire,

  • -  utiliser les cordes pour frapper, parer, esquiver ou se déplacer,

  • -  attaquer, parer, esquiver avec la tête qui se situe en avant d’un ou des deux poings,

  • -  abaisser la tête au-dessous du niveau de la ceinture de l'adversaire,

  • -  frapper un adversaire à terre,

  • -  empêcher l'adversaire de boxer en ayant le bras tendu,

  • -  parler ou émettre des sons en boxant,

  • -  rejeter volontairement le protège-dents,

  • -  simuler la réception d'un coup irrégulier,

  • -  faire des croche-pieds,

  • -  frapper sur un « Break » avant d’avoir déplacé les deux appuis vers l’arrière,

  • -  frapper après un « Stop »,

  • -  ne pas faire face à son adversaire pendant la minute de repos,

  • -  se montrer incorrect envers un officiel, l’adversaire ou les entraîneurs,

  • -  utiliser une substance dopante ou tout autre produit que l’eau.

    Pour les hommes de coin : il est interdit de se lever pendant la durée des rounds.

    Procédure concernant les coups bas :

    - Après un coup bas, si le boxeur touché ne se plaint pas et que le coup bas n’était pas intentionnel, l’arbitre signale la faute sans interrompre le combat.

    - Après un coup bas, si le boxeur touché se plaint de la violence du coup bas, l’arbitre a deux options :

- La disqualification : Le boxeur fautif peut être immédiatement disqualifié s’il juge que le coup est intentionnel et particulièrement violent.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 12

-

Compter le boxeur touché : L’arbitre débute un compte de « 8 » et a deux options :

-

-

-

-

A) Le boxeur touché est prêt à boxer après le compte de « 8 », l’arbitre peut donner un avertissement au boxeur fautif s’il considère que cela est nécessaire et ordonne la reprise du combat

B) Le boxeur touché n’est pas prêt à boxer, l’arbitre lui accorde un délai d’une minute et trente secondes (1 mn et 30 s) pour récupérer. A la suite de ce nouveau temps de récupération, l’arbitre a de nouveau deux options :

- Le boxeur touché est prêt à continuer le combat. L’arbitre donne un avertissement au boxeur fautif et le combat reprend.

- Le boxeur touché n’est pas prêt à reprendre le combat. Son adversaire est déclaré vainqueur par RSC-I

Règle 14 - Les sanctions
Lorsqu’un boxeur commet une faute, l’arbitre intervient en disant « STOP » et indique la faute au

boxeur fautif. Cette faute peut être suivie :

1°) d’aucune sanction, il s’agit d’une observation.

2°) d’un avertissement, dans ce cas l’adversaire doit rejoindre le coin neutre indiqué par l’arbitre avant que ce dernier indique l’avertissement au délégué fédéral. Il s’agit d’un avertissement officiel que le présentateur doit annoncer.

Lorsque l’arbitre a délivré un avertissement, le délégué de réunion reporte celui-ci de deux façons :

Dans le cas d’un jugement électronique, il veille à ce que l’avertissement soit enregistré dans l’ordinateur et déduit du score total de chacun des juges.

Dans le cas d’un jugement manuel (papier) il veille à ce que l’avertissement soit enregistré sur la feuille de pointage collective et déduit le ou les avertissements du score total de chacun des juges.

Chaque avertissement délivré par l’arbitre réduit le score du boxeur fautif d’un (1) ou deux (2) points (cf : "Les décisions sur blessure)
Le troisième avertissement dans le combat disqualifie automatiquement le boxeur fautif.

Si, pour une raison quelconque, l’arbitre estime qu’une faute a été commise et qu’il ne l’a pas vue, il peut consulter ses juges pour vérifier les faits.

Dans le cas d’une irrégularité dans le bandage et que de l’opinion de l’arbitre, cette irrégularité a pu avantager le boxeur fautif, celui-ci doit être immédiatement disqualifié.

Le délégué de réunion ou l’arbitre ont le droit de réprimander et peuvent obliger un homme de coin à quitter l’espace officiel quand son comportement gène le bon déroulement du combat.

Cas de la perte du protège-dents :

Dans le cas où un boxeur crache ou rejette son protège-dents de façon intentionnelle sans avoir reçu de coup, l’arbitre délivre obligatoirement un avertissement au boxeur fautif.

Dans le cas où un boxeur perd son protège-dents pour la troisième fois consécutivement à un coup régulier, l’arbitre délivre obligatoirement un avertissement au boxeur fautif.

page13image26904 page13image27064 page13image27224

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 13

Règle 15 - Les décisions

Un combat peut se terminer soit avant la limite du temps prévu soit dans la limite du temps prévu. Les boxeurs sont jugés tels que définis à la règle 13 du présent règlement. Les avertissements officiels délivrés par l’arbitre sont obligatoirement décomptés du score total de chacun des juges.

La décision est donnée à l’issue du combat lorsque les boxeurs ont enlevé gants et casques. Seuls les boxeurs, l’arbitre et le présentateur sont autorisés à rester sur le ring lors de l’annonce de la décision. L’arbitre invite les boxeurs à regagner le centre du ring, tient le poignet de chaque boxeur et lève le bras du vainqueur à l’annonce de la décision. Il lève le bras des deux boxeurs en cas de match-nul.

Seule une erreur matérielle avérée allant à l’encontre du code sportif permet d’envisager la révision d’une décision rendue.

Les décisions aux points

Les décisions peuvent être :

  • -  Gagnant aux points : GP,

  • -  Perdant aux points : PP,

  • -  Match nul: MN.

    Elles sont rendues après l’application des critères définis à la règle 16. Les décisions avant la limite

    Le K.O. Technique (RSC)
    Si, de l'avis de l'arbitre, un boxeur est surclassé et risque une défaite trop sévère, l'arbitre arrête la

    rencontre, et son adversaire est déclaré vainqueur par RSC.

    Si un boxeur subit le nombre de KD (Knock Down) maximum autorisé pour son sexe et sa catégorie d’âge, l’arbitre arrête automatiquement la rencontre. Un KD est matérialisé par le fait que l’arbitre compte le boxeur jusqu’à 8 pour lui permettre de récupérer et qu’il prononce le commandement « BOX » après 8.

    Dans ces cas, les décisions rendues sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : G RSC suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur battu : P RSC suivi de l’indication du round.
    Un boxeur peut
    abandonner en faisant signe à l’arbitre ou en ne reprenant pas le combat

    immédiatement après la minute de repos. Dans ce cas, les décisions rendues sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : G ABD suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur qui a abandonné : P ABD suivi de l’indication du round.
    Si l'entraîneur d'un boxeur
    jette ou agite l'éponge (la serviette) durant une phase de combat,

    l'adversaire est déclaré vainqueur, les décisions rendues sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : G ABD suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur dont l’entraîneur a jeté l’éponge : P ABD suivi de l’indication du round. En cas de jet de l'éponge pendant un compte de l’arbitre, l'arbitre continue de compter :

    A - jusqu'à 9 - 10 – « OUT » si le boxeur ne peut reprendre le combat à « 8 », les décisions rendues sont, comme pour le K.O. :

    - pour le boxeur vainqueur : G K.O. suivi de l’indication du round,
    Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 14

- pour le boxeur battu : P K.O. suivi de l’indication du round.
B - jusqu'à 8, s'il estime que le boxeur est apte à poursuivre le combat, Dans ce cas, il entérine

le jet de l’éponge, il prononce les commandements « BOX » puis « STOP » boxeur dans son coin, les décisions rendues sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur battu : suivi de l’indication du round. -

et accompagne le

page15image5616

G ABD

page15image6264

P ABD

Si le jet de l’éponge intervient sur un coup régulier pendant :

  • -  le dernier compte autorisé dans le round ou pendant le dernier compte autorisé dans le

    combat, les décisions rendues sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : G RSC suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur battu : P RSC suivi de l’indication du round.

    Si, de l'avis de l'arbitre, un boxeur présente des capacités techniques insuffisantes, l'arbitre arrête la rencontre, les décisions rendues sont :

    • -  pour le boxeur vainqueur : G RSC suivi de l’indication du round,

    • -  pour le boxeur jugé insuffisant : P RSC suivi de l’indication du round.

      Si, de l'avis de l'arbitre, les deux boxeurs présentent des capacités techniques insuffisantes, l'arbitre arrête la rencontre, et les deux boxeurs sont déclarés battus par arrêt de l'arbitre, la décision rendue pour les deux boxeurs est : P RSC suivi de l'indication du round.

      Si l'arrêt de l'arbitre est motivé par un (ou des) coup(s) reçu(s) à la tête, les décisions rendues sont :

    • -  pour le boxeur vainqueur : G RSC suivi de l’indication du round,

    • -  pour le boxeur battu : P RSC suivi de l’indication du round.
      L’arbitre doit le signaler au délégué et/ou au chef de jury. Dans ce cas, le repos de 30 jours est

      mentionné par le délégué sur le procès-verbal de réunion et sur le livret du boxeur arrêté.

      Si un Boxeur tombe hors du ring et n’est pas capable d’y retourner dans un délai de trente (30) secondes sans aide, son adversaire sera déclaré vainqueur du combat par K.O. technique, la décision rendue est :

    • -  pour le boxeur vainqueur : G RSC suivi de l’indication du round,

    • -  pour le boxeur battu : P RSC. suivi de l’indication du round.

      Si un Boxeur ne récupère pas dans un délai de quatre-vingt-dix (90) secondes, en conformité avec la règle 13 portant sur le coup bas, son adversaire sera déclaré vainqueur du combat par K.O. technique, la décision rendue est :

    • -  pour le boxeur vainqueur : G RSC suivi de l’indication du round,

    • -  pour le boxeur battu : P RSC suivi de l’indication du round.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 15

Les décisions sur blessure

Si un boxeur est blessé, sur un coup régulier, l'arbitre peut arrêter le combat et/ou peut consulter le médecin avant de prendre sa décision en fonction de l’avis donné par ce dernier, les décisions rendues sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : G RSC-I suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur battu : P RSC-I suivi de l’indication du round. -

    Lorsque la blessure a été provoquée par un coup irrégulier, intentionnel :

Disqualification du boxeur fautif

  • -  pour le boxeur blessé : G DSQ I, suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur fautif : P DSQ, suivi de l’indication du round.

    Lorsque la blessure a été provoquée par un coup irrégulier, non intentionnel (choc de têtes), provoquant l'arrêt du combat :

- décision aux points avec notation du round en cours

Lorsque les deux boxeurs se sont blessés simultanément sans faute prépondérante de l'un des deux boxeurs, le boxeur qui menait aux points au moment de l’arrêt de l’arbitre est désigné vainqueur. Les décisions rendues sont:

  • -  pour le boxeur vainqueur : GP RSC-I suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur battu : PP RSC-I suivi de l’indication du round,

  • -  en cas de match-nul, pour les deux boxeurs : MN RSC-I suivi de l’indication du round.

    Le Knock-Out (KO C ou KO H)

    Le Knock-Out est prononcé si un boxeur ne peut reprendre le combat au compte de « 10 » ou s’il retourne à terre sans avoir été frappé après avoir été compté « 8 » (dans ce cas l'arbitre poursuit le compte précédent : « 9 - 10 – OUT »). Si un boxeur est à terre à la fin d’une reprise, l’arbitre continue à compter et s’il atteint dix, son adversaire sera désigné vainqueur par Knock-out (KO). Dans le cas où le boxeur présente toutes les caractéristiques d’un KO sévère, l'arbitre est dispensé de compter jusqu'à 10. Il met fin au compte, afin de permettre que des soins soient rapidement apportés au boxeur. L’arbitre distingue et prononce le KO sur coup à la tête (KOT) ou le KO sur coup au corps (KOC)

    En cas de KO, les décisions sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : G KOC ou KOT suivi de l’indication du round, (G KO suivi de l’indication du round)

  • -  pour le boxeur battu : P KO suivi de l’indication du round. (P KOT ou P KOC)
    Si les deux boxeurs sont KO simultanément, la décision sera rendue aux points, en fonction des

    points obtenus avant le KO, les décisions rendues sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : GP (KO) suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur battu : PP (KO) suivi de l’indication du round,

  • -  en cas de match-nul : MN (KO) suivi de l’indication du round.

    Disqualification (DSQ)

    Un boxeur est automatiquement disqualifié au troisième avertissement donné par l’arbitre. L’arbitre peut également disqualifier un boxeur sans attendre le troisième avertissement pour toute faute qui le justifie. Les décisions rendues sont:

  • -  pour le boxeur vainqueur : G DSQ suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur battu : P DSQ suivi de l’indication du round.

    Si les deux boxeurs sont disqualifiés, il n'y a pas de vainqueur, la décision rendue est : P DSQ suivie de l’indication du round pour les deux boxeurs.

page16image31176 page16image31816 page16image31976

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 16

Si un boxeur simule le KO, il est disqualifié, les décisions rendues sont :

  • -  pour le boxeur vainqueur : G KO DSQ suivi de l’indication du round,

  • -  pour le boxeur disqualifié : P KO DSQ suivi de l’indication du round. -

    Dans les championnats et les critériums, un boxeur battu par disqualification ne peut en aucun cas être repêché en cas de forfait d’un boxeur. Il n’a droit à aucun prix, médaille, trophée, ou classement se rapportant à la compétition dans laquelle il a été disqualifié.

    Forfait (WO)

    Au cours des championnats et critériums, un boxeur apte médicalement et pesé réglementairement est déclaré vainqueur par « Forfait » si son adversaire ne se présente pas à la pesée, ne respecte pas les limites de sa catégorie de poids ou est inapte médicalement, les décisions rendues sont :

    • -  pour le boxeur vainqueur : G WO,

    • -  pour le boxeur battu : P WO.

      Sans Décision (SD)

      L’arbitre arrête le combat lorsque des circonstances externes empêchent le bon déroulement du combat (problèmes matériels, panne d'électricité, conditions atmosphériques, indisponibilité prolongée du médecin, etc.). La décision rendue est : SD pour les deux boxeurs.
      Avant de rendre la décision « Sans Décision », l'arbitre doit consulter le délégué et le jury.

      Le « Sans Décision » ne peut intervenir qu’avant la fin du premier round. A partir du 2e round, une décision aux points est rendue en fonction du jugement du combat jusqu’à l’incident :

  • -  Gagnant aux points : GP,

  • -  Perdant aux points : PP,

  • -  Match nul : MN.

    Au cours des championnats ou des critériums un résultat «Sans Décision» nécessite la programmation du combat un autre jour dans la phase suivante en début de réunion avec pesée et visite médicale obligatoires, ou en cas d’impossibilité, la programmation du combat à la fin de la même session de compétition.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 17

page18image424

Sigles à inscrire par le Délégué fédéral sur le livret

page18image1392

du boxeur et sur le procès-verbal de réunion

DÉCISIONS

POUR LE VAINQUEUR

POUR LE BATTU

POUR CHAQUE BOXEUR

Aux points

GP XX:XX

PP XX:XX

MN XX:XX

Arrêt de l’arbitre pour infériorité manifeste

G RSC n

P RSC n

 

Arrêt de l’arbitre pour insuffisance technique

G RSC n

P RSC n

P RSC n

Arrêt de l’arbitre pour coup(s) reçu(s) à la tête

G RSC n

P RSC-H n

 

Arrêt pour blessure sans boxeur fautif

G RSC-I n

P RSC-I n

 

Arrêt pour blessures simultanées des 2 boxeurs

GP RSC-I n XX:XX

PP RSC-I n XX:XX

MN RSC-I n XX:XX

Arrêt pour blessure avec boxeur fautif

G DSQ-I n

P DSQ-I n

 

Knock-out

G KO n

P KO n

 

K.O. simultanés des 2 boxeurs

DKO n *GP (KO) n XX:XX

DKO n *PP (KO) n XX:XX

MN (KO) n XX:XX

Disqualification

G DSQ n

P DSQ n

P DSQ n

Simulacre de K.O.

G KO DSQ n

P KO DSQ n

 

Abandon d’un boxeur

G ABD n

P ABD n

 

Jet de l’éponge

G RSC n

P RSC (H) n

 

Forfait (uniquement en compétition officielle)

G WO

page18image78512

P WO

 

n = numéro du round où l’arrêt s’est produit * = si Finale
XX:XX = score à la fin du combat

SANS DÉCISION

page18image84448

POUR LE VAINQUEUR

POUR LE BATTU

POUR CHAQUE BOXEUR

Sans décision

page18image91816  

SD

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 18

Règle 16 - Le jugement des combats
Les combats sont jugés sur une base de 10 points, appelé également :

« Ten points must-system »
Les combats peuvent être jugés :

  • -  avec le système de jugement électronique

  • -  avec des bulletins manuels (papier)

    Chaque juge doit juger indépendamment les mérites des 2 boxeurs. Le système de jugement est basé sur les critères suivants :

    Les juges doivent appliquer les barèmes suivants pour noter un round :

    Chaque round doit se voir déclarer un vainqueur.

    Aucune fraction de point ne peut être donnée.

    Le Knock-down n’a pas d’incidence dans le jugement du round.

    A- Le jugement avec le système électronique

    Lors des championnats ou des critériums nationaux, le jugement électronique peut être réalisé avec

  • -  5 juges et 1 arbitre

  • -  3 juges et 1 arbitre

    En dehors des championnats ou des critériums nationaux le jugement avec le système électronique peut être réalisé avec :

  • -  5 juges et 1 arbitre

  • -  3 juges et 1 arbitre

  • -  2 juges et 1 arbitre-juge

    Le positionnement des juges autour du ring se fait par tirage au sort, au pied du ring, juste avant le combat.

    A la fin de chaque round, chaque juge détermine le vainqueur du round par une note de dix (10) points. Le boxeur ayant perdu le round est noté de neuf (9) à sept (7) points; cette note dépendant du degré avec lequel l’opposant perd le round en fonction des critères de jugement prévus au présent règlement.

    Les juges doivent faire parvenir leur score dans un délai de (quinze) 15 secondes, en appuyant sur les touches correspondantes du clavier. Leurs scores sont transmis directement à l’unité centrale de l’ordinateur qui est sous l’autorité du délégué de réunion. Aucune altération ou correction ne peut avoir lieu après la transmission par les juges de leurs scores.

page19image18480

1 – Le nombre de coups de qualité sur la cible

page19image19488

2 – La domination dans le combat par supériorité technico/tactique

page19image20456

3 – La compétitivité (être actif durant toute la durée du combat – engagement)

10 – 9 : domination légère dans le round

10 – 8 : domination claire dans le round

10 – 7 : domination totale dans le round

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 19

L’annonce de la décision au public doit indiquer le score final des trois (ou 5) juges pour chacun des boxeurs (inclus les déductions de points reçus pour des avertissements)

A la fin d’un combat, dans le cas d’une égalité, déduction faite des éventuels avertissements,
le juge ou les juges ayant un score égal doit / doivent désigner un vainqueur et valider sa / leur décision sur le clavier du système électronique de jugement.

Ceci est nécessaire si la majorité des juges (2/3 ou 3/5) ne désigne pas de vainqueur Le système électronique désigne le vainqueur par :

-

Les scores ne doivent pas être divulgués ou affichés jusqu’à l’annonce de la décision finale. Le délégué de réunion informe l’annonceur du résultat officiel.

Les résultats enregistrés et sauvegardés dans le système électronique de jugement doivent être imprimés à la fin du combat. Ils doivent être joints par le délégué de réunion au procès-verbal, avec le bulletin collectif de pointage afin d’être envoyé à la Fédération Française de Boxe.

En cas de panne du système électronique de jugement :

Les juges reportent leur jugement sur les bulletins posés préventivement en cas de panne du système, sur chacune des tables des juges.

Le jugement se poursuit de façon manuelle et l’arbitre collecte les bulletins des juges à la fin de chaque round. Il les remet au délégué fédéral qui reporte les notes attribuées sur la feuille de pointage collective préalablement complétée par celui-ci avec le score jusqu’au moment de la défaillance de l’ordinateur.

Si à la fin du combat, le système électronique de jugement ne peut pas être remis en fonction, les combats suivants sont jugés avec des bulletins manuels et dans les mêmes conditions.

Un nouveau tirage au sort désigne les trois (3) juges pour chaque nouveau combat.

B - Le jugement manuel (papier)

En dehors des championnats ou des critériums nationaux, le jugement manuel (papier) peut être réalisé avec :

  • -  1 arbitre-juge unique,

  • -  1 juge et 1 arbitre (dans ce cas l’arbitre ne juge pas)

  • -  2 juges et 1 arbitre-juge

  • -  3 juges et 1 arbitre

  • -  5 juges et 1 arbitre

Lors des championnats ou des critériums nationaux, le jugement manuel (papier) peut être réalisé avec :

- 1 arbitre–juge et deux juges en cas de défaillance d’officiel désigné - 1 arbitre et 3 juges
- 1 arbitre et 5 juges

page20image22680

- une décision unanime (trois (ou 5) juges désignent le même vainqueur)

page20image23728

une décision partagée

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 20

Ces officiels sont obligatoirement désignés par la Commission Nationale de Officiels

Pour chaque round les juges rédigent un bulletin sur lequel ils inscrivent la note qu’ils attribuent à chacun des boxeurs.

L’arbitre collecte les bulletins des juges et les remet au délégué fédéral qui reporte les notes attribuées sur la feuille de pointage collective.

A la fin du combat, le délégué fédéral effectue les totaux pour chacun des juges puis il déduit pour chacun des boxeurs le ou les points consécutifs aux éventuels avertissements reçus.

En cas d’égalité, le délégué fédéral se réfère à la décision donnée par chacun des juges dans la partie du bulletin de jugement prévue à cet effet.

Le jugement manuel (papier) désigne le vainqueur par :

-

-

-

une décision unanime (trois juges désignent le même vainqueur)
une décision partagée (deux juges désignent le même vainqueur – un juge désigne un vainqueur différent ou un match nul)
la décision de match nul peut être rendue lorsque le match se déroule en dehors

d’un championnat, d’un critérium national.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 21

III – L’ORGANISATION DES COMBATS Règle 17 - L’espace officiel de compétition

L’espace officiel de compétition et son accès

L’espace officiel de compétition est obligatoirement délimité par des barrières. Ces barrières sont placées à 3,50 mètres au minimum du ring. L’unique accès à l’espace officiel de compétition est obligatoirement contrôlé.
La publicité (facultative) est autorisée et ne doit en aucun cas gêner l’évolution des boxeurs.

En fonction du nombre de rings et du nombre de juges sur chaque ring, l’espace officiel de compétition doit être agencé comme sur les plans présentés à la fin de la règle 17.

Obligation de l’organisateur

L’organisateur a l’obligation de mettre en place l’espace officiel de compétition et d’assurer le contrôle de son accès (personnes affectées au contrôle de cet accès).

Accès à l’espace officiel de compétition

Seuls ont accès à l’espace officiel de compétition :

  • -  les officiels de la compétition (les officiels convoqués et ayant une place attribuée dans

    l’espace officiel de compétition), pendant toute la durée de la compétition,

  • -  les cadres de la réunion, pendant toute la durée de la compétition,

  • -  les boxeurs et les entraîneurs et assistants (deux personnes maximum par boxeur),

    pendant le dernier round précédant le combat et pendant le combat auquel ils participent,

  • -  les personnes présentées officiellement sur le ring par le présentateur (après autorisation

    du délégué fédéral), pendant la durée de cette présentation,

  • -  les personnes remettant des récompenses (après autorisation du délégué fédéral), pendant

    la durée de la remise des récompenses,

  • -  le Président du comité régional et le Président de la commission régionale des officiels. Pour

    les compétitions nationales, le Président de la FFB, le Président de la Commission nationale des officiels et le Directeur technique national.

    Le ring

    Le ring est un carré délimité par 3 ou 4 rangées de cordes dont les dimensions intérieures sont comprises entre 4,90 m et 6,10 m.
    Le plancher du ring doit être horizontal, solide, sans aspérité et bien joint.
    Il est placé à une hauteur comprise entre 0,91m et 1,22 m au-dessus du sol. Les rings de plain- pied sont tolérés. Il se situe à 1 m au moins du mur ou de la cloison la plus proche. Il doit déborder des cordes de 0,50 m au moins.

    Le plancher est recouvert de feutre, caoutchouc ou autre matériau possédant les mêmes qualités d'élasticité et d'une épaisseur de 1,3 cm à 1,9 cm. Ce matériau doit recouvrir la totalité du plancher, y compris la partie débordante, et doit être recouvert d'une forte toile bien tendue et non glissante.

    Le plancher est surmonté de 4 poteaux d'angle, destinés à soutenir les cordes. Ces poteaux sont placés à l'extérieur du carré formé par les cordes, et au moins à 0,30 m de celles-ci.
    Les poteaux des coins destinés aux boxeurs sont peints, l'un en rouge (à gauche de la table des officiels), l'autre en bleu. Les deux autres, représentant les coins neutres, sont peints en blanc.

    Les tirants des cordes aux coins sont protégés par des coussins de rembourrage de même couleur que les poteaux.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 22

L'enceinte du ring est délimitée par 3 ou 4 rangées de cordes dont le diamètre est compris entre 3 et 5 cm, et placées respectivement :

  • -  pour les rings à 3 cordes : à 40 - 80 - 130 cm du plancher,

  • -  pour les rings à 4 cordes : à 40 - 70 - 100 - 130 cm du plancher.
    Les cordes sont reliées entre elles par 2 bandes de toile fine de 3 à 4 cm de largeur, placées à intervalles réguliers sur chacun des côtés. Les cordes sont enroulées d’un matériel protecteur. L'accès au ring se fait par 3 escaliers (si le ring est en hauteur) :

  • -  pour les boxeurs, l’entraîneur et l’assistant : un escalier à chacun des coins rouge et bleu,

  • -  pour les officiels, le médecin et le présentateur : un escalier dans le coin neutre à droite de

    la table des officiels.

    Le matériel accessoire

    Le ring doit être muni des accessoires suivants:

  • -  1 tabouret, 1 chaise, 2 bouteilles d'eau potable, 1 seau vide, 1 serpillière dans chacun des

    coins rouge et bleu,

  • -  un sachet en plastique, pour collecter les compresses souillées, accroché sur le haut de

    chaque coin neutre (en dehors des cordes).
    L'installation doit comporter : les tables et chaises pour les officiels, l’électricité à la table des officiels avec une alimentation électrique, un gong ou un émetteur sonore, deux chronomètres (propriété du chronométreur) ou un système électronique de jugement, un matériel de sonorisation, une trousse médicale, une civière, une couverture téléphonique permettant d’appeler en urgence.
    L’espace officiel de compétition est obligatoirement délimité par des barrières. Ces barrières sont placées à 3,50 mètres au minimum du ring. L’unique accès à l’espace officiel de compétition est obligatoirement contrôlé.
    La publicité (facultative) est autorisée et ne doit en aucun cas gêner l’évolution des boxeurs.

    Le contrôle antidopage

    En cas de contrôle antidopage, le délégué fédéral doit désigner un représentant fédéral licencié FFB pour faire face aux demandes du médecin contrôleur. L’organisateur de la compétition doit mettre à la disposition du délégué fédéral un local fermant à clé attenant à la salle de compétition, avec lavabo et toilettes, équipé d’une table et de chaises et approvisionné en bouteilles d’eau cachetées.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 23

Plan type d'aménagement de l’espace officiel de compétition : un ring avec jury à 3 juges (exemple AIBA)

page24image1640

14. Coin bleu
15. Coin neutre
16. Coin rouge
17. Table des Délégués Techniques
18. Arbitres & Juges au repos
19. Jury
20. Photographes
21. Caméras de télévision (si nécessaire)

1. Position du Juge N°1 2. Position du Juge N°2 3. Position du Juge N°3 6. Table du Jury Médical 7. Chronométreur

8. Gong
9. Présentateur
10. Responsables du Jury
11. Opérateur du Jugement électronique 12. Seconds coin rouge
13. Seconds coin bleu

Placement des juges Jury à 3 juges : comme indiqué sur le plan ci-contre

Jury à 2 juges : les juges sont à la place 1 et à la place 2 Jury à 1 juge : le juge est à la place 2

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 24

Plan type d'aménagement de l’espace officiel de compétition : un ring avec jury à 5 juges (exemple AIBA)

page25image1760 page25image1928 page25image2096 page25image2264 page25image2432 page25image2600 page25image2768 page25image2936 page25image3104 page25image3272 page25image3440 page25image3608 page25image3776 page25image3944 page25image4112 page25image4280 page25image4448

1. Position du Juge N°1 2. Position du Juge N°2 3. Position du Juge N°3 4. Position du Juge N°4 5. Position du Juge N°5 6. Superviseur Adjoint 7. Présentateur

8. Chronométreur
9. Gong
10. Opérateur du Jugement électronique

11. Table du Jury Médical 12. Seconds coin rouge 13. Seconds coin bleu 14. Coins neutres

15. Photographes
16. Superviseur
17. Responsable du Jury
18. Évaluateur Juges/Abitres

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 25

Plan type d'aménagement de l’espace officiel de compétition : deux rings avec jurys à 3 juges (exemple AIBA)

page26image1920 page26image2088 page26image2248

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 26

1. Position du Juge N°1 2. Position du Juge N°2 3. Position du Juge N°3 6. Table du Jury Médical 7. Chronométreur

13. Seconds coin bleu 14. Coin bleu
15. Coin neutre
16. Coin rouge

8. Gong
9. Présentateur
10. Responsables du Jury
11. Opérateur du Jugement électronique 12. Seconds coin rouge
13. Seconds coin bleu

17. Table des Délégués Techniques 18. Arbitres & Juges au repos
19. Jury
20. Photographes

21. Caméras de télévision (si nécessaire)

Plan type d'aménagement de l’espace officiel de compétition : deux rings avec jurys à 5 juges (exemple AIBA)

page27image1920 page27image2088 page27image2248

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 27

1. Position du Juge N°1 2. Position du Juge N°2 3. Position du Juge N°3 4. Position du Juge N°4 5. Position du Juge N°5 6. Superviseur Adjoint 7. Présentateur r

11. Table du Jury Médical 12. Seconds coin rouge 13. Seconds coin bleu 14. Coin neutre

8. Chronométreur
9. Gong
10. Opérateur du Jugement électronique

15. Photographes
16. Superviseur
17. Responsable du Jury
18. Évaluateur Juges/Arbitres

Règle 18 - Les officiels Le délégué fédéral

La présence d'un délégué représentant l'autorité fédérale est obligatoire pour chaque compétition de boxe amateur. Pour les compétitions nationales ou internationales, le délégué est désigné par la FFB sur proposition du comité régional. Pour les autres organisations, il est désigné par le comité régional.

L’opérateur du jugement électronique

L’opérateur du jugement électronique doit :

  • -  s’assurer du bon fonctionnement du système électronique de jugement durant toute la compétition ;

  • -  imprimer les résultats à l’issue de chaque combat ;

  • -  noter le score à la fin de chaque round en prévision d’une éventuelle panne ;

  • -  contrôler le nombre et la durée des rounds, ainsi que les intervalles entre les rounds ;

  • -  remettre au délégué fédéral la fiche de score qu’il a établie (cas du jugement avec un système électronique).

    Les arbitres et les juges

    Un chef de jury est obligatoirement désigné par le président de la commission régionale des officiels. Il a la charge de diriger les séances de pesée et de désigner les juges et les arbitres pour tous les combats sauf en cas de désignation directe par la FFB pour les championnats de France et les critériums nationaux.

    Le chronométreur

    Le chronométreur intervient dans le cas d’un jugement manuel (papier) ou du jugement électronique.

    Dans le cas du jugement électronique le chronométrage est assuré par l’opérateur dujugement électronique qui doit avoir à sa disposition un chronomètre supplémentaire pour mesurer le temps.

    La tâche du chronométreur consiste à contrôler le nombre et la durée des rounds, ainsi que les intervalles entre les rounds.

    Le chronométreur se tient à la table des officiels. Le chronométrage d'un combat doit toujours être effectué simultanément avec deux chronomètres, propriété de l'officiel.

    Le présentateur

    Le présentateur est chargé d'annoncer au public les indications qui lui sont communiquées par le délégué fédéral ou l'arbitre des combats à l’exclusion de toute autre observation ou commentaire. Les annonces doivent s’arrêter 10 secondes avant le début de chaque round au moment où retentit le gong pour annoncer la sortie des soigneurs.

    Règle 19 - les cadres de la réunion L'organisateur

    L'organisateur assume la responsabilité financière et matérielle de l’organisation de boxe devant les pouvoirs publics et la FFB. Il doit veiller à l'application de toutes les dispositions définies par le règlement et le code sportif de la FFB.

    Le médecin de réunion

    Le médecin doit être présent pendant toute la durée de la réunion et ne peut quitter le lieu où elle se déroule avant la fin du dernier combat, et seulement après avoir vu les participants de ce combat. Pendant la durée de l’organisation, le médecin doit se tenir à la disposition de l'arbitre, du délégué et des entraîneurs pour donner son avis sur l'état des boxeurs. Il doit être assis à la table des officiels. En son absence, l’organisation ne peut commencer ou doit être interrompue.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 28

Pendant un combat le médecin peut, par l'intermédiaire du président du jury ou du délégué, demander à l'arbitre un arrêt provisoire du combat, s'il considère qu'un boxeur est en situation dangereuse. Cet arrêt d'une durée maximale d'une minute permettra au médecin d'examiner le boxeur, sans le soigner. Il devra se tenir sur le plancher du ring, à l'extérieur des cordes.

Le médecin de l’organisation peut prescrire, s’il le juge nécessaire, un délai de repos pouvant aller jusqu’à 30 jours (même pour le boxeur vainqueur). Ce repos imposé doit être mentionné sur le livret du boxeur par le délégué fédéral.

Lorsque l’arbitre demande au médecin de réunion de monter sur le ring pour examiner un boxeur, aucune autre personne n’est autorisée à monter sur le ring. Lorsque le médecin de réunion intervient pendant le combat à la demande de l’arbitre, son intervention doit se faire dans le coin neutre pourvu d’un escalier et réservé à cet effet.

Règle 20 - Les entraîneurs et les assistants

Le boxeur doit être secondé pendant le combat par un entraîneur titulaire du diplôme de prévôt fédéral ou d’un diplôme d’État de boxe, licencié en tant que tel et en possession de sa licence. Seul cet entraîneur est habilité à jeter l'éponge au cours du combat et à pénétrer à l'intérieur des cordes pendant la minute de repos. L’entraîneur peut être accompagné d’un assistant doté d’une licence de la FFB en cours de validité.

Les hommes de coin doivent être en tenues de sport. L’entraîneur ne peut être assisté que par une seule personne, obligatoirement licenciée à la FFB (sauf licence volontaire), qui à la minute de repos doit se tenir à l'extérieur des cordes, sur la partie débordante du ring, ou au bas du ring. L’entraîneur doit libérer le ring au commandement : « seconds dehors » 10 secondes avant le début du round, il doit veiller à ce qu'aucun objet ou matériel ne reste sur le ring pendant les rounds.

Les seconds s’assoient à une distance comprise entre 50 cm et 1 mètre de leurs coins respectifs et dans un périmètre de 2 à 2.5 mètres carrés. Ils doivent rester assis durant toute la durée des rounds. Les seconds ne sont pas autorisés à utiliser des moyens de communications dans l’espace de compétition, ces moyens de communications n’étant pas limités au téléphone portable, talkie-walkie, smartphone, radios, etc...

Dans aucune circonstance, les seconds ne sont autorisés à administrer de l’oxygène à un boxeur durant le combat.
Les seconds peuvent parler, donner des conseils mais ils ne sont pas autorisés à crier fort durant le combat, ils ne doivent pas frapper dans leurs mains ou frapper sur le plancher du ring. Ils ne sont pas autorisés à inciter les spectateurs à perturber la compétition.

Le délégué fédéral ou l'arbitre doivent faire des observations à l’entraîneur ou à l’assistant qui enfreindrait les règles; En cas de récidive, ils peuvent :

 éloigner du coin l’assistant ou l’entraîneur pour la suite du combat en l’envoyant au vestiaire. L’exclusion de l’enceinte du ring est définitive jusqu'à la fin du combat. La personne exclue de l’enceinte n’est plus autorisée à communiquer avec le boxeur sur le ring. La personne exclue est interdite d’officier pendant toute la session de la compétition.

Si c’est l’entraîneur habilité qui est exclu, la personne qui officie dans le coin après l’exclusion de celui-ci doit être en possession des diplômes requis. Dans le cas contraire, le boxeur sera disqualifié.

L'exclusion d'un 2ème soigneur entraine la disqualification du boxeur. L'arbitre peut :

1°) sanctionner le boxeur pour le comportement de l’entraîneur ou de l’assistant en délivrant un avertissement conformément à la règle. S’il s’agit du troisième avertissement le boxeur est disqualifié.

2°) si le comportement de l’entraîneur ou de l’assistant après son exclusion le justifie, infliger un avertissement, ou même disqualifier le boxeur de cet entraîneur ou de cet assistant.

L'entraîneur peut, à tout moment, arrêter le combat pour son boxeur en jetant une serviette sur le ring en signe d'abandon, la décision rendue est : « RSC ». L’entraîneur peut demander l'intervention du médecin, mais uniquement pendant la minute de repos.

Dans le cas où l'entraîneur désire consulter les bulletins de pointage, seulement à la fin de la réunion quand le public a évacué la salle et que son comportement le permet, il doit s'adresser au délégué de reunion.

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 29

ANNEXE

page30image1760

Les catégories d’âge pour la saison 2017 - 2018 (Hommes & Femmes)

Catégories d’âge

MINIMES

CADETS

JUNIORS

SENIORS

page30image11336

Années de naissance

page30image12744

2004 (M2)

page30image14288 page30image14608

2003 (C1) 2002 (C2)

2001 (J1) 2000 (J2)

page30image16688

1999 et AVANT

page30image18112

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 30

page31image392

Fédération Française de Boxe Tour Essor
14, rue Scandicci 93508 PANTIN
01 49 42 23 72 (tel.)
01 49 42 28 79 (fax) www.ffboxe.asso.fr

Code Sportif de la Boxe Amateur ■ 31